Légende :
  Dates en beige = technique
  Dates en vert = production photographique
  Dates en blanc = autres événements
Vème siècle av. JC :
Le chinois Mo Ti observe que les rayons du soleil passant par un petit trou reproduisent une image inversée.

~ 700 av. JC
Les Assyriens sont capables de façonner des lentilles : une lentille plan-convexe est découverte en 1850 à Nimrod.
Des lentilles bi-convexes seront découvertes également à Carthage, datant du IIè siècle avant JC.

Vème siècle av. JC
Le chinois Mo Ti observe que les rayons du soleil passant par un petit trou reproduisent une image inversée.

"IVème siècle av. JC"
Aristote découvre à son tour le principe de la chambre noire. La chambre obscure qu’il utilisa n’était autre qu’une pièce privé de fenêtre, dans laquelle la lumière pénétrait uniquement par un objectif primaire, le sténopé, un simple trou pratiqué dans l’une des parois. Sur le mur d’en face, l’image du monde extérieur y apparaissait inversée. Il l’employa pour observer une éclipse solaire.
Euclide rédige un traite d'Optique.

"IIème siècle av. JC"
Apparition de la lanterne magique en Chine.


~ 150 ap. JC
Ptolémée aurait rédigé un traité "L'Optique" (réfraction, vision binoculaire ...)

~ 800
L'alchimiste arabe al-Sufi aurait fabriqué du nitrate d'argent par dissolution d'argent dans de l'acide nitrique.

Xème
Le principe de la chambre noire est connu en Chine.
L'égyptien Ibn Al-Haitham, note dans son ouvrage sur l'optique que plus le trou est petit, plus l'image est nette.
Les arabes s'appuient alors seulement sur le traité d'optique d'Euclide, mais en corrigent certains points.


XIIIème
Plusieurs écrits traitent de la chambre noire en Europe (Angleterre, Pologne, France ...).

1490
Léonard de Vinci fabrique une petite chambre noire transportable, décrit avec précision la Camera Obscura, et s'en sert comme outil à dessin. Beaucoup de peintres s'aideront par la suite la camera obscura ...

~ 1550
Jérome Cardan ajoute une lentille derrière le petit trou de la chambre noire. Cette lentille, qui focalise les rayons lumineux, a un double intérêt : l'image devient plus nette, et le trou peut être agrandi afin de laisser passer plus de lumière. Il décrit ce procédé dans un ouvrage (De Subtilitate)

1558
Le physicien italien G.B. della Porta fixe un miroir devant l'objectif pour redresser l'image. Il est traduit devant un tribunal pour sorcellerie, après la publication de son célèbre ouvrage "Magiae naturalis"(la Magie naturelle), dans lequel il décrit les applications possibles de la chambre noire au théatre (projection vivante de personnages renversés)

1566
Georges Fabricius (1516-1571, médecin et alchimiste) découvre un mélange de sel marin et de sel d’argent, aujourd’hui connu sous le nom de chlorure d’argent (ou "Lune cornée"). Il constate que la solution blanche noircit facilement lorsqu’elle est exposée à la lumière

1568
L'italien Daniel Barbaro(1513-1570) a l'idée d'ajouter un diaphragme dans la chambre noire, pour obtenir une image plus nette. Il utilise une lentille biconvexe (La prattica della perspettiva)

1607
J. Kepler, qui lit l'ouvrage de della Porta, invente le terme "camera obscura". Dans son ouvrage "Ad Vitellonem paralipomena", il compare l'oeil à une chambre noire, avec la pupille comme orifice, l'iris comme diaphragme, l'iris comme lentille convergente, et la rétine comme l'écran où l'image apparait. Trente ans plus tard, Descartes commente cette comparaison dans son livre "Dioptrique".

1614
L'italien Angelo Sala écrit que la poudre de nitrate d'argent noircit à la lumière.

1646
La camera obscura (shashin-kyo) est introduite au Japon, par les hollandais.

1650
La chambre noire compte des lentilles de différentes distances focales; à cette époque, elle servait principalement aux dessinateurs.




1722
Jakob Christoph Le Blon, graveur en Angleterre, réalise une impression en trois couleurs : jaune, rouge, bleu (principe de la synthèse soustractive).

1727
L'allemand JH Schulze découvre par hasard que le nitrate d'argent noircit à la lumière. Angelo Sala l'avait déjà constaté en 1614, mais Shulze a par chance impressionné un papier. Le mélange d'eau forte (acide nitre dilué) et d'argent était dans une bouteille, devant laquelle il avait mis un papier. Il ne s'agit pas encore du concept de photographie, car Shulze ne pense à utiliser cette propriété avec la camera obscura.
La sensibilisation d'une feuille de papier avec du nitrate d'argent est décrite 10 ans plus tard par le chimiste Jean Hellot, dans une communication à l'Académie des sciences.

1733
L'abbé J.A. Nollet réalise en France une camera obscura en forme de tente, à poser sur une table. Dans un traité, il décrit en détail les différentes plaques qui sont utilisées dans les lanternes magiques. Il donne à la lanterne magique sa forme définitive (conservée jusqu'au XXème siècle).

1757
Le physicien italien G. B. Beccaria décrit l'action de la lumière sur le chlorure d'argent..

1758
L'opticien britannique John Dolland construit un objectif achromatique, en utilisant une lentille convexe et une lentille concave. Il s'est appuyé sur les calculs établis dix ans plus tôt par le mathématicien allemand L. Euler.

1761
Charles François Tiphaigne de la Roche, médecin à la faculté de Caen, et écrivain "d'anticipation", est souvent considéré comme l’un des plus célèbres prophètes de la photographie.Niepce dans sa jeunesse aurait semble-t-il très apprécié cet auteur.

1778
L'anglais William Storer fabrique une chambre très perfectionnée, la Royal Delineator, avec un objectif à crémaillère pour la mise au point, redressement de l'image par miroir, deux lentilles interchangeables pour portraits et vues rapprochées, lentille grossissante à l'intérieur.

1780
J. A. César Charles, professeur de physique à la Sorbonne, montrait dans ses cours publics comment former une image sur l'écran de la chambre obscure, recouverte d'une feuille de papier enduite de chlorure d'argent (les parties lumineuses de l'image s'imprimaient en noir sur le papier).

1792
L'italien Vasalli précise que n'importe quelle lumière peut agir sur le chlorure d'argent, pas seulement celle du soleil.

1796
Senefelder invente un procédé de reproduction qui est resté très célèbre : la lithographie

1797
Voyage de Niepce en Sardaigne avec sa famille et son frère. C’est au cours de ce voyage que Nicéphore et son frère Claude auraient eu l’idée du concept de la Photographie.

1802
Thomas Wedgwood et Sir Humphry Davy appliquent des surfaces photosensibles (verre, papier, cuir, avec du nitrate d'argent ou du chlorure d'argent) à la chambre noire (comme J.A. César, vingts ans plus tôt). C’est l’idée même de la photographie. Il ne s’agit plus de tracer les contours d’une image projetée par une chambre noire. Mais les images dans la chambre noire sont trop peu lumineuses pour se fixer avec le nitrate d'argent.

1812
Premières recherches par Niepce : il parvint à obtenir en lithographie des négatifs (grâce au chlorure d'argent) et des positifs (avec du bitume de Judée), mais ces images ne sont pas stables.

L'anglais W.H. Wollaston conçoit une lentille ménisque, convergente, ouvrant à f/11. Niepce et Daguerre vont utiliser ce type de lentille.

1813
Premiers essais de Joseph Nicéphore Niépce pour fixer « l'image des objets à l'aide de la gravure sur pierre par l'action des acides, aidée du concours de la lumière ».

1816
Le 5 mai 1816, la première image négative sur papier (sensibilisé aux sels d'argent) est obtenue dans une chambre noire par Nicéphore NIEPCE. Il utilise un diaphragme, et une longue durée d'exposition. Dans ses essais, il obtient aussi des éprueves positives en rephotographiant ses négatifs.

1819
Sir John Frederick William Herschel (1792-1871), astronome comme son père, mais aussi chimiste, s'intéresse beaucoup à la photographie. Il découvrele thiosulfate de sodium ou hyposulfite, capable de dissoudre dans l'eau les halogénures d'argent. C'est le principe de la fixation des épreuves argentiques, mais il ne pense pas à relier cette découverte avec le noircissement des sels d'argent. Il le fera vingt ans plus tard.

1822-1825
Premiers essais de Joseph Nicéphore Niépce qui utilise la sensibilité du bitume de Judée pour reproduire des gravures.
Il garde le secret sur l'avancement précis de ses recherches, même dans ses lettres à son frère. Il ne semble pas être au courant des travaux menés par Wedgwood ou Davy, et ne fréquente pas les scientifiques de Paris.
Niepce aurait réalisé la toute première photographie en 1822, sur une plaque de verre : une table servie dans son jardin (8 heures de pose en plein soleil).

1823
Charles Chevalier fabrique un prisme ménisque, pour remplacer le miroir incliné des chambres noires (tentes à dessiner).

1826
Nièpce : 1ère épreuve photochimique sur étain et sur verre avec le bitume de Judée. Temps de pose : plusieurs jours

Louis Jacques Mandé Daguerre écrit ses premières lettres à Niepce.
L'allemand J. W. Döbereiner découvre l'action de la lumière sur les sels de platine. Cinq ans plus tard, il constate la sensibilité à la lumière de l'oxalate ferrique. Découvertes qui seront complétées par d'autres en Europe, avec des applications, comme la platinotypie (procédé non argentique, aux sels ferriques)

1828
L'américain James M. Wattles aurait réussi des impressions de paysages à l'aide d'une chambre obscure, en enduisant une feuille d'une substance corrosive diluée, avant de la tremper après séchage dans une solution de potasse, et de l'impressionner dans la chambre noire durant une heure. L'image est ensuite fixée à l'eau salée, puis lavée.

1829
Niepce emploie le mot "héliographie".
Contrat d'association entre Niepce et Daguerre, (la daguerréotypie est le 1er nom officiel donné à la photographie)

1831
>> AC Jacques Daguerre, réalisa ses premières images sur des plaques de cuivre recouvertes d’une couche photosensible d’iodure d’argent (daguerreotype). Soumises à des vapeurs de mercure, une image positive était ensuite fixée grâce à du sel marin.

1833
Mort de Niepce (à 68 ans), Daguerre fixe une image avec du chlorure de sodium

1834
L'anglais William Henry Fox Talbot sensibilise du papier à l'aide de sels d'argent et obtient des empreintes, les "photogenics drawings". Temps de pose 1 à plusieurs minutes.

1835 - 1837
Louis Jacques Mandé Daguerre invente la photographie directe sur une plaque d'argent sensibilisée.

1835
>> AC L'anglais Talbot invente le Calotype, papier à image latente : une image positive est obtenue à partir d'une image en négatif.

1837
John William Draper (1811 - 1882) professeur de chimie à New-York, réalise des photographies, notamment de la Lune et au travers d'un microscope.

1837
Brevet du stéréoscope (juin-38) par Sir Charles Wheatstone

1839
7 janvier : le procédé photographique est proclamé par Daguerre (le 31 janvier pour Talbot)
3 juillet : à Paris, devant la chambre des députés, l'astronome et homme politique Arago annonce officiellement la découverte de la daguerréotypie. Daguerre et Isidore Niepce (fils de Niepce) obtiennent une pension à vie en échange de la divulgation du procédé du daguerréotype.











L'anglais William Herschel produit sa première photo et invente le mot photographie. Il crée aussi les termes « négatif », « positif ».

Le français Hippolyte Bayard obtient des images positives directes qu'il expose à Paris, parmmi des peintures. Steinhel et Von Kobell exposent aussi à l'académie des beaux-arts de Munich.


1840
Engouement pour le portrait. La photographie permet d'avoir une représentation de soi, jusque là réservée aux riches, avec le portrait en peinture.
J.F. Goddard divise par 10 le temps d'exposition

1841
Le calotype ou talbotype est bréveté par Henri Fox Talbot. La surface d'une feuille de papier est enduite d'une solution de nitrate d'argent puis soumise à d'autres manipulations indispensables à la sensibilisation du support.
Fabrication d'un objectif f/3.6, par Josf Petzval

1843
Talbot ouvre au sud de Londres la première imprimerie photographique. Talbot y met en oeuvre son procédé "calotype" (mais doit fermer en 1847, à cause du prix elevé des ouvrages, et la mauvaise conservation des épreuves). Il faudra attendre le début des années 1850 pour que de nouvelles imprimeries apparaissent, grâce aux améliorations apportées au Calotype.
1er livre de photographie par Anna Atkins (oct-43) : "British Algae: Cyanotype Impressions", avec 424 photos (et qui précède donc le livre de Talbot ("The pencil of nature") sorti en 1844.
Création du journal L’Illustration : la photographie passe du statut de support iconographique pour le graveur au vecteur principal de l’illustration de l’information. La publication d’images se multiplie dans la presse.

1843 - 1845
Le peintre David Octavius Hill (1802-1870) et le technicien Robert Adamson (1821-1848) réalisèrent le premier reportage de l'histoire de la photographie. Il portait sur la vie des pêcheurs d'huîtres et des marins du village de New-Haven.




1846
Désiré BLANQUART-EVRARD,Français (1802/1872 ), améliore la préparation du papier servant aux négatifs et fonde a Lille la première imprimerie Photographique (450 à 500 images par jour). C'est le début de l'industrialisation de la photographie.

1847
Carl ZEISS, Allemand installe à Iéna en Prusse des usines d'optiques

1848
Scott Archer invente avec le procédé au collodion humide un négatif sur verre plus fin et plus transparent que le négatif papier de Talbot. Révélé au public en 1851, il connaît une grande faveur jusque vers 1880

1850
Au début des années 1850, le collodion détrône le daguerréotype et le caltype, en alliant la netteté du premier à la reproductibilité du second.

Développement de la photographie de nu, pour les peintres et les autres. Le grand moment : 1850-70. Apparition de livres présentant des modèles arborant des poses à l'antique. Ils voisinent avec les nus érotiques, voire pornographiques des amateurs.
Apparition de techniques de photomontages (combinaison de plusieurs négatifs au collodion pour produire une image, ciel et mer par exemple).
Création de la revue photographique "Photographic Journal" en Angleterre (création de la revue "La Lumière" en France l'année suivante).

1851
1ère commande publique en France : la mission Héliographique. Celle-ci doit reconnaître le territoire des anciens (le Secq, le Gray et Baldus - qui sont des anciens peintres, sont accompagnés de Bayard et Mistral). La mission est chargée d'archiver une partie du vaste patrimoine architectural Français.

Blanquard-Evrard ouvre la plus importante imprimerie photographique de l'époque, près de Lille, avec une quarantaine d'ouvriers. Malgré les progrès réalisés pour le tirage des épreuves et la standardisation des tâches, et faute d'une diffusion suffisante, cette imprimerie ferme à son tour au bout de quatre ans. Cette faillite sonne le glas en France du calotype.

Le procédé de la photographie stéréoscopique est présenté au grand public à l'Exposition universelle du Crystal Palace. Grâce à un appareil à double objectif, qui permet d'obtenir deux petites images dont l'angle de vue diffère légèrement. Avec un appareil dédié, le stéréoscope, ces deux images combinées restituent l'illlusion du relief. Le succès est immédiat auprès du public et de nombreux professionnels, photographes et éditeurs (France, Angleterre, USA ...)

1852
Londres : 1er exposition entièrement photographique. Sir charles Eastlake, peintre d'histoire et directeur de la National Gallery de Londres devient le premier président de la London Photographic Society.

En France, le dépôt légal de l'épreuve est obligatoire pour éviter les copies illégales (mais cette mesure de protection est relativement peu suivie). Il faut attendre 1862 en Angleterre pour voir la promulagation du Copyright Act (suivie de nombreux procès, mais avec des amendes faibles et peu dissuasives).

1854
Fondation de la société française de la photographie (toujours en activité), composée essentiellement d'amateurs (une trentaine de professionnels sur 130 membres, à la fin des années 1850). Ces amateurs appartiennent souvent aux classes aisées (scientifiques, écrivains, artisites connus, grands bourgeois, nobles). Napoléon III, la Reine Victoria manifestent beaucoup d'intérêt pour la photographie, ce qui contribue à l'engouement pour cette nouvelle technique.

1855
Fenton (G.-B.), 1eres photographies de guerre en Crimée (mais sans mort sur les images)

Premières exposition dédiée entièrement à la photographie à Paris, dans les locaux de la Société Française de photographie.
 Cette photo de Gustave Le Gray, "Bateaux quittant le port du Havre", datant de 1856 ou 1857, a été vendue 917 000 euros lors d'une vente aux enchères à Vendome, en juin 2011.
1858
Félix TOURNACHON dit Nadar, Français (1820/1910) fait breveter un procédé de photo aérienne (première photo au dessus de Bièvre, en ballon ).

1859
Exposition de la S.F.P., conjointement à la peinture, au Salon des beaux-arts. Article virulent de Baudelaire, critique d'art, contre la photographie en tant qu'art.

1860
Le temps de pose est de l'ordre du 1/50ème de seconde.

De nombreux peintres deviennent photographes : Bonnard, Vuillard, Degas, Toulouse Lautrec, Munch

Nadar : photographies au magnésium dans les catacombes et les égouts de Paris.
Brady (Etats-Unis) et son équipe couvrent la guerre de Sécession
AC James Clerk Maxwell crée la première image en couleurs (avec Thomas Sutton)
Thomas Sutton brevète le premier appareil photo avec un seul objectif

1861
René-Prudent DAGRON, Français ( 1819/1900 ) invente la photographie microscopique (ce procédé fut d'abord utilisé pour la décoration de bijoux, puis il permit pendant le siège de Paris de 1871 de transporter 18000 dépêches, en 6 pellicules.

1865
Les lunes de Rutherford, photos très détaillées de la surface de la lune, connaissent un très grand succès.

1867
Après 1860, des grands ateliers commerciaux sont créés au Moyen-Orient, souvent par des européens installés sur place (Turqui, Liban, Egypte, Palestine, Syrie). Des photographes locaux sont formés, et ouvrent à leur tour des studios. Le plus grand est fondé à Beyrouth en 1867 par un français, Felix Bonfils qui sillonne la région, et propose après 4 ans un catalogue de 15000 tirages et 9000 plaques stéréoscopiques de "curiosités de tout l'Orient".


1869
Invention de la photographie en couleurs par le moyen du procédé trichrome, par Charles Cros et Louis Ducos du Hauron.



Publication du traité "Pictorial Effect in Photography", du britannique Henry Peach Robinson, d'inspiration classique, qui milite pour une pratique noble et artisitique de la photographique depuis une dizaine d'années. Il est à l'origine du mouvement pictorialiste, avec d'autres photographes, comme Peter Henry Emerson, plus impressioniste lui dans son approche. Ces artistes auront une influence sur les cercles de photographes jusque dans les années 1890.

1871
Découverte du procédé "sec" au gélatino-bromure d'argent, par l'anglais Richard Leach Maddox. Peu utilisé au début, il se perfectionne les années suivantes, avant de supplanter dès 1879 le collodion, en faisant basculer la photographie dans l'ère de l'instantané (les images peuvent être prises en près d'un centième de seconde).

Années 1880

A la fin des années 1870, la photographie est arrivée à maturité, pratiquée essentiellement par des professionnels. Avec les années 1880, quarante ans après la naissance officielle de la photographie, c'est une renaissance qui s'opère, avec la révolution de l'instantané, symbolisée par le Kodak, des techniques plus simples et plus conviviables, un nouveau public d'amateurs ...
La mise au point du flash au magnésium permet de photographier en ambiance sombre ou même la nuit.

Dans ces mêmes années 1880, la photographie devient un outil essentiel pour la science, pour enregistrer des images inaccessibles à l'oeil humain (astronomie, biologie), mais aussi pour décomposer des mouvements rapides (chronophotographie), produire des catalogues d'animaux, de minéraux, de pathologies ou de relevés anthropométriques ...

Apparition de la carte postale photographique.

De plus en plus d'artistes pratiquent la photographie en amateur (peintres, sculpteurs, écrivains ...), en Europe, aux Etat-Unis, etc. Ils s'inspirent parfois de leurs clichés (ou de ceux d'autres photographes) pour produire leurs oeuvres. Les chronophotographies (mouvements d'hommes ou d'animaux décomposés) en intéressent certains.


Vers la fin des années 1880, développement du pictorialisme, qui sera la sensibilité photographique dominante jusque vers 1910. Le pictorialisme est le premier mouvement artistique international. Il s'oppose à la vision nette de la Société Française de Photographie, et prône la non imitation de la réalité.

  

1884
George Eastman fabriqua une pellicule faite de d’une longue bande de papier recouverte d’une émulsion sensible

1888
Eastman (USA) : premiers appareils Kodak, boite de 15x10x8cm, chargée d'un rouleau négatif de papier (100 prises de vue). A l'épuisement des poses, l'appareil est retourné à la boutique pour le développement du film et le tirage des images.
Eastman utilise le slogan : « Appuyez sur le bouton, nous ferons le reste. » L’appareil contient suffisamment de film en rouleau pour réaliser cent poses.
Le Photo-Club de Paris, né en 1888, est un lieu de débats, d'interrogations et de défense de la photographie artistique

1889
Les premiers appareils Kodak apparaissent en France ; la photographie est devenue à la portée de tous, peut-on lire dans le 1er numéro du périodique Photo-revue : La Cie George EASTMAN, représenté en EUROPE par NADAR commercialise les premières pellicules sur papier (100 poses), puis sur Celluloïd (24 à 28 poses)
L'essai de Robert de la Sizeranne "La photographie est-elle un art ?" (1889), devient l'un des écrits fondateurs du pictorialisme

Années 1890
Des artistes photographes (pictorialistes) créent de nouveaux cercles, en faisant scission souvent avec des sociétés en place : en France, fondation en 1894 du Photo-Club de Paris, par Demachy, Puyo, Le Bègue, qui quittent la Société Française de Photographie. En Angleterre, création de la Linked Ring Brotherhood, et en Autriche, du Camera Club de Vienne. Ces cercles sont cependant assez élitistes, fréquentés par des amateurs fortunés. Ils publient des revues, organisent des expositions, des salons. Aux USA, les femmes photographes sont bien présentes dans ces cercles.

1891
Création du Wiener Camera Club à Vienne, et du Linked Ring à Londres l'année suivante (clubs photographiques artistiques). Première exposition internationale artistique, à Vienne.

1892
Thomas EDISON , Américain (1847/1931) réalise le "Kinétoscope"(pour un seul spectateur) 1er film à déroulement continu (16 images/seconde).

1893
Edison : film perforé 35 mm cinéma

Première utilisation de la photographie couleur dans un magazine. L’Illustration publie trois photographies dans son numéro de Noël.
Le français Louis Boutan, professeur à la faculté des sciences de Paris, réalise les premières photos sous-marines (à faible puis à grande profondeur).

1894
1ere exposition d'art photographique à Paris.
E.J. Marey fabrique une caméra qui permet de filmer au ralenti (700 im/sec !)

1895
Frères Lumière: Cinématographe.

Peter Henry Emerson publie son recueil Marsh Leaves, avec des images que l'on pourrait qualifier aujourd'hui de minimalistes (silhouettes, brumes, lignes d'horizon ...), et qui évoquent l'art japonais du No-Tan ou du Bunjin-ga.



1896
Création du Camera Club à New York

1900
Lancement du Brownie de Kodak, un petit appareil au prix d'un dollar pièce seulement (plus de 100 000 exemplaires vendus la première année). La Eastman Kodak Company devient la plus importante entreprise photographique au monde.
1902
Alfred Stieglitz, ancien pictorialiste, crée le groupe Photo-Secession (dissout en 1917).
Le pré-modernisme de ce nouveau mouvement remet en cause les théories pictorialistes en revenant à la photographie originelle (c'est-à-dire sans altération optique).
1903
Lumière : Dévellopement-inversion d'une émulsion. 1ers autochromes
1903
Lancement de la revue Camera Work, à New York, par Alfred Stieglitz à laquelle collabore l’élite mondiale du pictorialisme.
1904
1905
Ouverture par Stieglitz, à New york, de la 1er Galerie photographique : La galerie 291
1907
Mise au point par Belin (F.) ou A.KORN de la Bélinographie (téléphotographie). 
1907
Les frères Lumière commercialisent la plaque autochrome (premier matériel commercialisé pour réaliser des photographies en couleurs)
1910
Wood (Etats-unis) : Expérience en ultraviolet et en infrarouge. 
1916
1er négatif couleur Agfacolor 
1920
Création de l'agence Keystone à Paris. 1925 
1920
1er Leica commercialisé par Leitz
1920
Essor de la presse photo d'abord en Allemagne, en Russie, puis en France, Grande-Bretagne et Etats-Unis, premières agences photographiques
La straight photography, ou photographie pure, remplace le pictorialisme.
1921
Man Ray remet en vogue les photogrammes, qu¹il nomme « rayographies »
1923
Les dadaïstes (Haussman et ses photocollages en 1923-24, Grosz, Heartfield, Höch et Baader) puis le Bauhaus et les constructivistes russes (Rodtchenko, Lissitzky, Klutsis, Schwitters) dénoncent la simple reproduction de la réalité. La photographie doit "d
1925
Naissance du Leica (format 24x36mm). L'arrivée des appareils de petit format va permettre à la presse de présenter des reportages quasi entièrement photographiques où le texte se réduit souvent à la légende. 

1926
Le Metropolitan Museum of art de New york commence sa collection de photographies
1929
Exposition Film und Foto (FIFO) de Stuttgart. Une partie des photographies exposées sont reprises dans deux livres importants : Es kommt der Neue Fotograf de Werner Gräff et Foto-Auge de Jan Tschichold et Franz Roh. Ces deux livres font le bilan de la Nou
1931
1er flash électronique par le Pr Edgerton (Etats-unis).
La venue du flash grâce à Edgerton a contribué à l'étude des mouvement des humains et des objets
1932
Le Groupe f/64 est créé. Edward Weston est un des membres fondateurs
1934
Le premier Salon canadien d'art photographique internationale a lieu; il est tenu au Musée des beaux-arts du Canada.
1935
1er film Kodachrome inventé aux Etats-Unis par les chimiste Godowsky et Mannes
1936
Le premier appareil reflex mono-objectif 24 x 36 est présenté à Leipzig, c'est le Kine Exakta d'Ihagee
1940
Le MOMA de New York ouvre un département photographie
1942
La commercialisation des négatifs couleurs Kodacolor contribuèrent à rendre la photographie couleur encore plus populaire.
1945
Création de l'agence Magnum.
1945
Invention du Polaroïd 95; Land (Etats-unis). Mise sur le marché en 1947
1950
1er " Photokina " à Cologne
1955
Exposition "The Family of Man" au MOMA, New york
1960
Production du premier hologramme
1963
Invention du Cibachrome
1963
1963
Polaroïd met sur le marché le Polacolor, destiné à la production de photographies instantanées en couleurs
1963
Apparition de l’appareil " Instamatic 50 " de Kodak
1964
look" ( magazine américain ) publie la 1ère photo en relief
1966
Ouverture de l'international Center of Photographie (ICP), New York
1968
Le 1er reflex avec contrôle automatique de l'exposition par mesure de la lumière à travers l'objectif.
1968
Prise de la première photo de la Terre, vue de la Lune (Appolo 8).
1970
1eres " Rencontres internationales de la photographie " en Arles. 
1974
Jean Dieuzaide ouvre la Galerie du Chateau d'Eau à Toulouse
1977
 (ou 1978 ?)Le 1er compact autofocus au monde (Konica ?)
1978
Création de la Fondation nationale de la Photographie, Lyon
1981
Mavica de Sony, appareil photo, disque magnétique réutilisable pouvant enregistrer jusqu'à 50 images. Celles-ci peuvent être projetées sur écran de télévision par un lecteur électronique sans magnétoscope ou transmises à distance par les moyens classiques
1984
Mission Photographique DATAR (F.). 
1984
le 1er papier photo à longévité supérieur à 100 années
1987
la pellicule la plus sensible au monde ( 3200 iso ).
1990
Le Dycam Model 1 apparaît sur le marché. Il s’agit du tout premier appareil photo numérique destiné aux consommateurs.
La révolution numérique en photographie commence.
1996
Apparition de l'APS
Back to Top