Voici vingt conseils, que j'ai sélectionnés pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'être guidés par un professeur, et qui souhaitent améliorer la technique et l'apprentissage de ce formidable instrument. Ils émanent de pianistes professionnels (livres, web, rencontres ...).
Position du corps et des mains :

1) La distance du siège doit être telle que les coudes évitent juste le corps quand on les rapproche l'un de l'autre.
2) Il faut s'asseoir près du bord avant. La force doit venir des épaules et du corps.
3) La main et les doigts forment un dôme, une voûte.


Travail, apprentissage d'un morceau :

4) Pour chaque passage difficile, il faut choisir les doigtés (les plus adéquats possibles, à la bonne vitesse de jeu), les noter sur la partition , et les respecter. Les doigtés imprimés d'origine sur la partition ne sont pas forcément adaptés à chaque pianiste.

5) Travailler les passages les plus difficiles surtout.

6) Il faut travailler des parties courtes. On les joue ainsi de nombreuses fois en quelques minutes, avec un gain de temps très important. Plus le passage est ardu, plus on raccourcit le segment à travailler (jusqu'à deux notes si nécessaire)

7) Travailler autant que possible mains séparées : apprentissage plus rapide, meilleure technique dans les passages ardus, meilleur respect des temps, et surtout, bien meilleure mémorisation sur le moyen-long terme. C'est sans doute l'une des règles les plus difficiles à respecter ...
Le travail mains séparées n'est plus utile pour un passage donné si on peut jouer mains ensembles confortablement, à une vitesse plus rapide que la vitesse visée (au moins 1,5 fois plus vite).

8) Travailler une main jusqu'à ce qu'elle commence à fatiguer, puis passer à l'autre main (changer par exemple toutes les 10 à 20 secondes).

9) Lors de l'étude d'un segment, toujours inclure le commencement du segment suivant (la conjonction).

10) L'étude et l'apprentissage par coeur doivent être réalisés simultanément.

11) Le recours à un métronome est fortement conseillé (électronique de préférence). Il doit servir pour placer le tempo et vérifier son respect. Pour un segment donné, l'arrêter dès que l'on est synchronisé, et continuer l'étude sans lui (trop de métronome peut notamment aboutir à un jeu mécanique).

12) Pédale forte : il faut travailler
- d'abord mains séparées sans pédale,
- puis mains ensembles sans pédale,
- puis mains ensemble avec pédale.
Les indications de pédale sur la partition sont de l'éditeur, pas du compositeur, et il n'est pas obligatoire de les respecter.

13) Le progrès post-travail (PPT) : après chaque séance de travail, un lent processus se produit (changements physiologiques de la main, et connexions neuronales surtout). Tenir compte du PPT est un atout formidable pour progresser au mieux :
- il faut travailler lentement chaque segment, avant d'atteindre la bonne vitesse,
puis jouer à nouveau lentement avant de terminer, pour que le PPT soit fructueux.
- la répétition d'un segment doit être correcte, sinon c'est le mouvement erronné qui subit le PPT.
- pour gagner du temps, il vaut mieux travailler de front plusieurs morceaux et laisser agir le PPT ...
- le PPT peut s'étaler sur un ou plusieurs jours, voire plusieurs semaines si on travaille un morceau déjà appris avec de mauvaises habitudes.

14) Dans un passage difficile, il faut jouer doucement, avec un effort minimum, sur des segments courts. Il faut éviter de trop vouloir avancer le premier jour, et laisser le PPT opérer. Travailler ce passage seulement quelques minutes par jour doit suffire. Toujours rechercher les positions de bras / mains / doigts qui minimisent l'effort. Une fois la technique acquise, on peut ajuster le volume et l'expression.

15) Quand un morceau est appris, ne pas passer à un nouveau en ne jouant plus le précédant. Le jouer au contraire régulièrement, et avec toute la musicalité nécessaire.

16) Gammes mises à part, la pratique d'exercices répétitifs (Hanon, Czerny ...) n'est pas la meilleure façon d'améliorer sa technique. Le travail des morceaux constitue un exercice suffisant en soi. Trop d'exercices nuit à la sensibilité, et risque de produire un jeu mécanique.

Aspects physiques :

17) La respiration : respirer avec l'abdomen plutôt qu'avec le thorax, et veiller à bien respirer dans les passages difficiles (ne jamais bloquer sa respiration).

18) Il faut détendre au mieux tous les muscles, poser la main sur le piano avec juste assez de force pour soutenir le poids du bras. Ne pas appuyer inutilement sur les touches.

19) Un travail intense de plusieurs heures risque de se révéler inutile tant que l'on n'a pas un niveau avancé. Il faut alterner les morceaux/passages faciles et difficiles, et faire des pauses.

20) La pratique sportive, un sommeil suffisant et une vie saine sont des atouts pour progresser.
Back to Top