Les photos de ce site sont de ma période "numérique" (à l'exception des images du Hoggar, qui sont des scans de négatifs).
Je développe les fichiers bruts sous Adobe Camera Raw, les peaufine si besoin sous Photoshop CC. Afin de pérenniser au mieux ces fichiers, je les archive en RAW, DNG, PSD, TIFF, JPG. Les images compressées en jpg pour ce site sont cataloguées sur le cloud via Lightroom.
Pour les créations en studio (natures mortes et fleurs) : je n'utilise pas de flash mais de la lumière continue (poses longues). Pour une totale profondeur de champ, je recours souvent à une combinaison de plusieurs images (focus stacking).

Les plus anciennes photos des galeries ont été prises avec des matériels Canon que je n'ai plus (5D mark III, 5D, 40D, EF 50 f/1.4, 17-40 f/4 L, 24-105 f/4 L, 70-200 f/2.8 L, 70-300 DO ...)
​​​​​​​Equipement actuel :
Le choix du matériel peut devenir un vrai casse-tête ... Les besoins sont variés (studio, paysage, reportage ...), et les critères multiples : le coût, le poids (surtout quand on a des problèmes de dos), l'encombrement (réussir à tout caser dans le sac !), la facilité d'accès aux équipements, la discrétion, le niveau de qualité, les objectifs que l'on possède déjà ... 
​​​​​​​J'ai toujours utilisé des boîtiers 24x36, argentiques (Olympus, Minolta, Pentax) puis numériques (Canon : 5D, 5D mark III) mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. J'ai bien failli céder à la tentation d'un hybride plein format, avec les objectifs en conséquence. Mais cela ne répondait pas à un réel besoin, aux critères suivants : un sac de 4 kg maximum, un accès rapide aux appareils et le moins possible de changements d'objectifs (réactivité, poussières sur les capteurs ...).
Les boîtiers avec un capteur APS-C 24 Mpx que j'ai finalement acquis permettent cela, en offrant une qualité de photo amplement suffisante pour des tirages A3 et plus. Pour le studio (natures mortes, fleurs), le M50 avec certains objectifs donne des résultats étonnants.  Ce choix est aussi une sorte de défi : réussir de bonnes photos avec un boîtier (M50) considéré comme de l'entrée de gamme.
Si vous montez peu dans les ISO (max 400) le plein format n'apporte pas grand-chose (pour ne pas dire rien !). Impossible sur un A3 de différencier une photo prise avec le 22 f/2 ou le 35 f/1.4 et des objectifs EF (plus lourds et jusqu'à 5 fois plus chers) montés sur un boitier full frame. Les 11-22 et 55-200 sont très bons aussi.  
Le 15-45 (équiv. 24-70) ne sert que pour certaines occasions (reportage avec un seul boitier, sans sac). Le EF-M 28mm f/3.5 macro (équiv. 45mm) sert lui pour le studio (natures mortes & fleurs).
Pour le voyage, ces boîtiers et objectifs sont légers, peu encombrants, discrets, avec un flash et une plage focale de 17 à 320mm sans changer d'objectif ! Le sac avec 4 boitiers, objectifs et filtres UV, pare-soleils, casse croute, guide ... pèse moins de 4 kgs ! 
Dans une ceinture ventrale (sac banane Waterfly), je range les batteries, cartes, stylo nettoyeur, crayon, trepied Cullmann, mobile, portefeuille. A cette ceinture j'accroche le gorillapod et une housse pour les filtres (moins de 2 kg autour de la taille). 
Dans tous les cas, gardons à l'esprit la phrase d'Ansel Adams : "Un appareil photo n'a jamais fait une grande image, pas plus qu'une machine à écrire n'a écrit un grand roman.", et ne tombons pas dans le piège de la course aux performances, si celles-ci dépassent nos réels besoins.


Back to Top