Les photos de ce site sont de ma période "numérique" (à l'exception des images du Hoggar, qui sont des scans de négatifs).
Je catalogue mes fichiers dans Bridge, les développe avec Adobe Camera Raw, les peaufine si besoin sous Photoshop CC. Afin de pérenniser au mieux ces fichiers, je les archive en RAW, DNG, TIFF, JPG. 
Pour les créations en studio (natures mortes et fleurs) : je n'utilise pas de flash mais de la lumière continue (poses longues). Pour une totale profondeur de champ, je recours généralement à une combinaison de plusieurs images (focus stacking).
​​​​​​​​​​​​​​Equipement actuel :​​​​​​​
​​​​​​J'ai utilisé pendant trois décennies des boîtiers 24x36, argentiques (Olympus, Minolta, Pentax) puis numériques (Canon 5D, 5D mark III) mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Je  n'utilise aujourd'hui que des boitiers avec un capteur APS-C, qui répondent mieux à mes besoins :
> pour les voyages & reportages : poids et encombrement moindres, discrétion, réactivité (avec les 2 boitiers, peu de changement d'objectifs), et une définition bien suffisante pour des tirages A2.
> pour la photo de paysage et animalière : bonne profondeur de champ, focale augmentée grâce au facteur multiplicateur de 1,6, zoom de qualité, poids de l'équipement raisonnable.
Dans une ceinture ventrale, je range les filtres, batteries, cartes, stylo nettoyeur et une gourde d'eau. En bandoulière, je place le trepied Rollei, léger et compact.
> pour le studio (natures mortes avec vues rapprochées) : là aussi, bonne profondeur de champ, et focus stacking automatique sur le boitier (utile aussi pour les paysages)
​​​​​​​Pour conclure, souvenons-nous de la phrase d'Ansel Adams : "Un appareil photo n'a jamais fait une grande image, pas plus qu'une machine à écrire n'a écrit un grand roman.", et ne tombons pas dans le piège de la course aux performances, si celles-ci dépassent nos réels besoins. 
Back to Top